Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

• À bout portant : le film que l'on n'attendait plus…

Publié le par brouillons-de-culture.fr

Entrer dans la salle en traînant le pas. En sortir essoré, radieux, enthousiaste. Une telle aventure, infiniment rare, m'advint aboutportant2.jpgen allant voir "À bout portant".

 

Improbable qu'un film français vous fasse monter l'adrénaline autant que quatre épisodes de la série 24 heures. Qu'il se permette d'y mêler, sans la moindre rupture de rythme, quelques éléments clés du néo-polar hexagonal et de la série noire. Flics corrompus, guerre des services, industriels véreux.

 

Que le tout soit filmé avec intelligence, sans vains effets de caméras, mais sans jamais nous donner le sentiment de régresser. '"À bout portant" est l'œuvre d'un cinéaste quasiment inconnu du grand public. Il met en vedette un acteur qui ne l'est pas moins, étoffé par des seconds rôles stupéfiants. Situations et personnages sont plus crédibles que dans la majorité des thrillers américains récents.

 

"À bout portant" est le thriller que personne n'espérait plus. D'une efficacité redoutable, qui n'a rien à envier aux fils de l'Oncle Sam, et conservant cependant une identité spécifiquement hexagonale. Émouvant, secouant, filant à cent à l'heure, sans temps morts ni concessions.

 

a-bout-portant.jpgTout commence par une course poursuite hallucinante, qui vous cloue sur votre fauteuil. Sur le point de s'échapper,  l'homme poursuivi est renversé par une moto sous un tunnel. Simple hasard. D'emblée, le ton est donné. Un tempo dopé aux amphétamines. Des héros à visage humain, faillibles, ne gérant pas toujours les impondérables. Pas de surhommes ayant tout pensé, prévu, à l'abri de toute faute d'inattention.

Qui est cet homme ? Qui sont ses poursuivants ?

 

La scène suivante voit apparaître l'anti-héros du thriller et permet de souffler un peu. Nous n'en aurons pas beaucoup l'occasion. Samuel et son épouse Nadia, d'origine espagnole, dont il est a-bout-portant-copie-1.jpgamoureux fou. Ils sont chez le gynécologue. Nadia, enceinte jusqu'aux yeux, attend une fille. Lui se montre aux petits soins pour elle.

Samuel est interne et en passe de devenir infirmier. Le grain de sable de ce bonheur sans faille, ce sera le fugitif du premier acte. À peine est-il hospitalisé qu'on tente de l'assassiner. Et c'est Samuel qui le sauvera in extremis. Bref répit car sa femme est kidnappée (une scène prodigieuse d'efficacité). Le deal est simple et terrifiant : il a trois heures pour sortir l'homme blessé de l'hôpital. Au-delà de ce délai, son épouse sera tuée. Mais rien ne se passera vraiment comme prévu.

 

a-bout-portant-de-fred-cavaye-10329640gpfmf.jpgSur ces entrefaits, des personnages cruciaux  font leur apparition : deux flics, un homme et une femme. Ils semblent mutuellement se détester. C'est au premier qu'on confie toutes les affaires importantes. On apprend également qui est l'homme mystère. Hugo Sartet, pro du braquage et du cambriolage, fiché dans le grand banditisme.

Des dialogues tracés au cordeau, des expositions claires et concises. L'action peut reprendre son cours. Elle ne nous lâchera plus jusqu'à la fin.

 

 

a-bout-portant-a.jpg

Fred Cavayé multiplie les détails qui font mouche et rendent crédible son personnage principal ; non, Samuel ne sait pas tenir en respect quelqu'un avec un revolver. Et il se reçoit des coups plus qu'à son tour. S'il parvient, en désespoir de cause, à sauter d'un balcon à l'autre, il ne se reçoit pas nécessairement très bien. Après une course-poursuite effrénée, il est totalement essoufflé.

 

boutportant7.jpgUn citoyen lambda confronté à de vrais durs, et qui s'en sort mieux que prévu : on est ici chez Manchette ou chez Daniel Westlake. Dans une série noire haletante, jumelée à un implacable thriller. Fred Cavayé ose beaucoup. L'usage de l'humour noir par exemple. Ou le politiquement incorrect. De Samuel se moquant gentiment de l'accent de son épouse à l'exposition d'une violence sans frontières de sexe, à travers une scène scotchante entre une jeune fliquette ripou et Nadia.

 

a-bout-portant-b.jpgabout-portant.jpgIl multiplie à l'envi les scènes jamais vues.

D'une poursuite speedante dans le métro à sa vision cauchemardesque d'un commissariat, si chaotique, si labyrinthique, si peuplé de flics préoccupés qu'un suspect recherché peut s'y faufiler sans être vu.

 

Il se permet parfois l'ambivalence. Le fugitif est loin d'être un enfant de chœur, mais il est innocent du crime dont on l'accuse, et passerait presque pour un saint en regard de ceux qui le poursuivent. Et s'il finit par s'établir entre Hugo Sartet et Samuel une trouble complicité dans la fuite,  jamais celle-ci soit soulignée au crayon gras.

 

Gilles Lellouche incarne avec frénésie et intensité cet homme prêt à tout pour sauver sa femme. Confiné jusqu'ici aux seconds rôles (comme le furent longtemps Bacri ou Darroussin), il crève  littéralement l'écran dans ce film.

a-bout-portant_gerard-lanvin.jpgOn donne rarement l'occasion à Gérard Lanvin de jouer de vrais méchants. Fred Cavayé pallie ce regrettable oubli.

Gérard Lanvin est magistral dans "À bout portant". Aussi flippant qu'autrefois Donnadieu dans "Rue Barbare" ou il y a peu Javier Bardem dans "No country for old men".

 

Elena Anaya forme avec Gilles Lellouche un couple parfaitement crédible. L'actrice donne à son personnage une remarquable densité. Roschdy Zem nous convainc d'un bout à l'autre en truand victime d'une réputation qu'il s'acharne à entretenir.

 

Il y a certes parfois des défauts de couture : un coup de fil peu crédible à un moment clé ; une Mireille Perrier qui, en dépit de ses qualités d'actrice s'avère peu vraisemblable en flic intègre ; fred-cavaye-et-gilles-lellouche.jpgGilles Lellouche qui en fait trop quand il clame son innocence. Pécadilles que l'on pardonnera aisément à ce film riche en scènes ébouriffantes.

 

Le cinéaste n'avait jusqu'à présent à son actif que "Pour elle", qui ne rencontra qu'un succès d'estime mais fut remaké par les USA.

 

Avec "À bout portant" il entre dans la légende des polars francophones, avec l'audace et le sens de l'image qui caractérisent les plus grands.

 

 

 

 

 

 

Pascal Perrot, texte

Gracia Bejjani-Perrot, graphisme

 

 

Publié dans sur grand écran

Partager cet article

Repost 0

• Van Hamme, Gaston Leroux du neuvième art. 1) d'Epoxy à Thorgal

Publié le par brouillons-de-culture.fr

Il est rare, en bande dessinée, que le nom du scénariste prévale sur celui du dessinateur. SI l'on excepte l'immense Goscinny, l'image en BD, à l'instar du cinéma, semble prévaloir sur le texte. 

 

AVT2 Jean-Van-Hamme 6503Astérix, Lucky Luke ou Iznogoud. Thorgal, XIII ou Largo Winch. Entre leurs créateurs, Goscinny et Van Hamme, de nombreux points communs.

 

Une exceptionnelle frénésie d'écriture, qui les vit élaborer un nombre impressionnant d'albums ; des tirages qui se chiffrent en millions d'exemplaires ; la création de nombre de personnages emblématiques et référentiels, pratiquement entrés dans le patrimoine culturel.

 

Difficile d'être exhaustif face à Van Hamme, cet auteur exceptionnellement prolifique, et souvent pour le meilleur. Aussi ce premier article abordera-t-il principalement ses séries culte, nouvelles mythologies pour un monde en perte de légendes. Tout en survolant l'ensemble de sa carrière dans le neuvième art.

 

Avant de créer les séries qui l'ont rendu incontournable, Van Hamme fut romancier (si "Largo Winch" n'a pas eu en version livre que ce qu'on peut appeller un succès d'estime, il est devenu en BD le phénomène que l'on sait), scénariste pour la télé et pour le cinéma (le scénario de "Diva", c'est lui).

 


 

bande-dessinee-epoxySa carrière bédéiste commence avec un véritable coup de maître. En 68, à l'heure où la BD n'hésite plus à convoquer l'érotisme et la politique à la table du festin, il signe avec le dessinateur Paul Cuvelier, le cultissime "Epoxy". Femmes dénudées évoluant dans un contexte mythologique, à la lisière de ce qui allait devenir l'heroic fantasy : un cocktail détonant qui tranche radicalement avec la BD traditionnelle et lui assure le succès. Il fournira par la suite quelques gags pour Modeste et Pompon ainsi que Gaston Lagaffe ; signera deux épisodes de la série Magellan ; connaîtra alternativement la réussite avec "Histoire sans héros", dessiné par Dany, et l'échec en reprenant la série "Domino".

 

RosinskiArcher1C'est en 1976 que s'opère la première rencontre décisive. Celle d'un jeune dessinateur polonais, ne parlant pas un mot de français, mais incroyablement doué. Van Hamme dira de lui à posteriori, après qu'il lui eût fait passer une sorte de "test" : "Ce qu'il a fait n'était pas très réussi techniquement mais il y avait du punch. Je me suis dit qu'en le canalisant, en lui apprenant à mieux cadrer ses personnages, ce type devait sortir de l'ordinaire."


Jugement qui peut sembler quelque peu lapidaire, mais d'une lucidité sans faille, tant le dessin du Rosinski (car c'est de lui qu'il s'agit) du Thorgal frazetta_fantastic-frank.jpginitial est à mille lieues de celui du "Grand Pouvoir du Chninkel" ou du Thorgal des années 80. Le trait de Rosinski s'affine et s'affirme d'album en album. Certaines pages ne sont pas sans évoquer les œuvres de l'immense Frazetta.

 

Née en 77, la saga Thorgal va se poursuivre sur plus d'un quart de siècle, pendant lequel elle ne cessera de grimper vers les plus hautes cimes, conquérant un nombre croissant de lecteurs. Triomphant tout d'abord auprès des adolescents, elle ne tardera pas à séduire également un public adulte.

 

"La magicienne trahie", le tout premier album s'ouvre sur une image forte : le héros, torse nu, trainé au bout d'une chaîne, dans l'océan, tandis que tombe la neige. Son bourreau, Gandalf le fou l'attache sur le rocher des sacrifices, tandis que la marée monte. Gandalf, qui n'est autre que le père de sa bien-aimée Aaricia. Laquelle est attachée à un poteau, contrainte d'observer le martyre de celui qu'elle aime. Gros plans de leurs regards, perdus sur fond de tempête.

 

Trois pages suffisent pour que soient solidement campés
les bd thorgal006protagonistes de l'histoire, le décor, l'époque.


Pour que soient réunis plusieurs éléments essentiels : le drame, l'amour, l'émotion, la violence.

 

Et dès lors le lecteur ne peut abandonner l'album avant que n'apparaisse le mot fin. Thorgal sera sauvé par une magicienne, qui lui demande en échange un an de son existence. Son but : se venger de Gandalf, qui l'a gravement offensée jadis. L'histoire est complétée par un court récit saisissant, dont le thème n'est pas sans évoquer "Horizons perdus" de Franck Capra.

 

Bébé recueilli en pleine mer par les vikings, il découvrira progressivement le bd thorgal027mystère de ses origines. Car avec son peuple d'accueil, il ne possède en commun que courage, ténacité et détermination. Pour le reste, il ne partage pas leur inclination à la violence.

 

Outre les vertus précitées, il est pétri de dignité, de respect pour la vie d'autrui, de sens de l'honneur et prône souvent entraide et solidarité.

 

Il n'hésite pas extérioriser ses sentiments, dans l'amour comme dans la douleur. En cela, il est presque à l'image de l'homme moderne.

 

Parce qu'il n'est pas inscrit dans les registres divins, dieux et demi-dieux viennent Thorgal3.gifsouvent bousculer son destin, plaçant moults obstacles sur sa route. Au fil des épisodes, il aura successivement connu la folie et l'amnésie. Il séduit sans le vouloir, fidèle et loyal même si sa vie en dépend. Cette attirance du sexe faible à son égard peut parfois lui sauver la mise-ce que fera à maintes reprises la Gardienne des Clés-. Ou à l'inverse provoquer de grands drames.

 

Son refus de céder aux avances d'une gamine de quinze ans fera commettre à celle-ci un mensonge d'où découleront bien des massacres.

Au terme d'un long chemin de croix, elle finira toutefois par trouver sa rédemption. Un thème récurrent, majeur, dans pratiquement toute l'œuvre de Van Hamme. C'est également parce qu'il résiste au charme de Kris de Valnor qu'il s'en fera une ennemie. Elle le poursuivra d'une haine tenace pendant un grand nombre d'albums.

 

Thorgal.jpgThorgal ne cherche qu'une chose : vivre en paix avec son épouse et ses enfants, Jolan et Louve loin de la barbarie et de la violence. Mais les dieux ne semblent pas en avoir décidé ainsi…

 

Fuyant toujours plus loin dans une quête sans fin et ne rencontrant qu'épreuves sur épreuves.

 

Van Hamme ne convoque pas seulement la mythologie viking (dont nous n'ignorerons plus rien). Il n'hésite pas à faire appel au fantastique, voire à la SF. Si certaines histoires s'étendent sur deux ou trois thorgal-t-6-la-chute-de-brek-zarith-rosinski-van-hamme-banalbums, d'autres occupent un volume unique, comme le fabuleux "Maître des montagnes". Si certains opus semblent moins inspirés, c'est essentiellement parce que le scénariste a placé la barre très haut.


 

Les plus faibles des "Thorgal" n'ont pourtant rien de honteux et se lisent avec plaisir. Et souvent, ils préludent à une suite de chefs d'œuvre éclatants. Prenons l'exemple du  neuvième album. Si "Les archers" a le mérite d'introduire le personnage de Kris de Valnor, il n'en demeure pas moins quelques tons au dessous de ce que peut produire Van Hamme. Il sera aussitôt suivi de quatre albums phares totalement inoubliables.

 

Après le vingt-neuvième album, Van Hamme a préféré céder sa place à la jeune garde, en la personne d'Yves Sente. Rosinski continue, quant à lui, à assurer une Rosinski.jpgcontinuité. S'il n'a pas le génie créatif de Van Hamme (ou manque encore d'audace pour l'exprimer), Yves Sente s'en sort avec tous les honneurs. Demeurant fidèle à l'esprit de la saga nordique, il en est actuellement à son troisième opus.

En s'affranchissant davantage de la tutelle de son créateur, il n'est pas impossible qu'il la fasse rebondir vers des directions tout à fait inédites et stimulantes…

 

 

la bataille d asgard thorgal 32

Sortie en novembre 2010

du 32° album de Thorgal

La Bataille d'Asgard

 

 

 

 

 

Pascal Perrot, texte

Gracia Bejjani-Perrot, graphisme

 

 

Publié dans avec ou sans bulles

Partager cet article

Repost 0