• Tigran Hamasyan : le tigre arménien du jazz

Publié le par brouillons-de-culture.fr

tigran-hamasyan-a-fable.jpgA vingt-quatre ans, Tigran Hamasyan n'est déjà plus le nouveau prodige de la planète jazz, mais d'ores et déjà une valeur sûre. A deux ans naît son amour du piano. A sept sa passion du jazz. A treize, Chic Corea, Avishai Cohen, Jeff Ballard commencent à s'intéresser sérieusement à lui. A seize, il remporte le premier prix des "Jazz à Juan révélations" dans la catégorie "Jazz instrumental" et le premier prix du concours de piano du "Montreux jazz festival".

Une ascension fulgurante qui pourrait faire craindre la chute. Mais le pianiste-compositeur possède en permanence  une longueur d'avance sur tigran-avishai-cohen.jpgde potentiels détracteurs. Toujours sincère, mais toujours en recherche, sans que jamais ses œuvres ne s'égarent dans le plus cacophonique de la musique expérimentale.

Novateur et accessible : un paradoxe (presque un oxymore) qui n'est rendu possible que par le refus d'une rupture consommée avec le jazz traditionnel. Tigran Hamasyan en effet distille et dose ses expérimentations sur un fond en trompe-l'œil de classicisme jazzy.

tigran-jazzmag.jpgTrès vite, Tigran décolle l'étiquette qu'on eût pu lui coller de "nouveau prodige du piano-jazz" et prend tout le monde par surprise avec "World Passion", une merveille de jazz-fusion. Il s'y révèle aussi à l'aise dans la composition pour groupe (saxophones, drums, basse, saxophones et instruments traditionnels arméniens) que dans le solo inspiré.

Nul doute que sa récente Victoire de la Musique a attiré l'attention d'un plus large public, débordant les frontières de la seule planète jazz.

Sur scène, l'artiste est impressionnant d'humilité et de générosité. En solo, son disque "A fable", simple, fluide, évident, révèle toute sa complexité. A quel point il est le fruit

tigran-hamasyan.jpg

d'explorations sur des terres inconnues. Et peut être défini comme "résolument moderne". Par son usage éclairé du sampler par exemple. Par la création en direct d'une boucle de piano qui  lui permet de rebondir dans les directions les plus inattendues. Ou de sa voix, tapisserie sonore, sur laquelle viennent se greffer de multiples variations pianistiques. Ou de son appropriation du scatt cher à Ella Fitzgerald qu'il pousse jusqu'à la lisière d'un beat-box proche du Saïan Supa Crew.

Il y a du Keith Jarrett chez cet homme. Référence qui pourrait vite devenir handicapante, s'il n'avait l'intelligence ou l'intuition de n'en prendre que le meilleur.

tigran-hamasyan-copie-1.jpgMême influence dominante du trio impressionniste Ravel-Debussy-Satie. Ou des compositions mystiques de Gurdjieff-De Hartmann. Même façon d'introduire la mélodie fredonnée dans l'entrelacement des notes. De s'approprier physiquement son instrument, se courbant sur lui à l'extrême, le front à quelques centimètres des touches. De se lever parfois de son tabouret pour faire respirer la musique.

Mais Tigran Hamasyan bifurque à temps, manifestant d'autres sources d'inspirations  : la musique arménienne, certes, mais également la musique de films. Certains morceaux de "A fable" peuvent évoquer Ennio Morricone. Le compositeur interprète cède parfois il est vrai, à la répétition. Frôle même par instants l'afféterie et la préciosité. Mais un récital de Tigran Hamasyan est si riche en moments de pure magie qu'il fait vite oublier quelques scories mineures.

On sort de la salle persuadé que la musique de Tigran Hamasyan, patiemment nourrie, élégante et virtuose, mais également touchante, est amenée à encore évoluer. Dans le bon sens.  De même demeurons-nous intimement convaincus que l'artiste figure, dès  aujourd'hui, parmi les créateurs qui comptent.

Tournée France prochaines dates :
• 06/04/2012 - Marne la Vallée - FERME DU BUISSON - SCENE NATIONALE 
• 25/04/2012 - Nantes - SALLE PAUL FORT / LA BOUCHE D'AIR
• 27/04/2012 - Nice - SALLE GRAPPELLI / CEDAC DE CIMIEZ
• 28/04/2012 - Dans le cadre du festival PRINTEMPS DE BOURGES 2012 Avec Emel Mathlouthi
• 15/05/2012 - Belfort - LE GRANIT / SCENE NATIONALE 
• 24/05/2012 - Le Vesinet - THEATRE DU VESINET En première partie de : Thomas Enhco
• 16/07/2012 - Serres - Dans le cadre du festival JAZZ DE SERRES - THEATRE DE VERDURE 
• 18/07/2012 - Paris - OLYMPIA BRUNO COQUATRIX En première partie de : Roberto Fonseca
• 26/07/2012 - Chambord - Dans le cadre du festival FESTIVAL DE CHAMBORD Avec Michel Portal

Pascal Perrot, texte
Gracia Bejjani-Perrot, graphisme

Publié dans spectacle... vivant !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article