• Maps to the stars : une leçon de ténèbres

Publié le par brouillons-de-culture.fr

• Maps to the stars : une leçon de ténèbres

Dans l'art complexe du conte cruel, David Cronenberg excelle. Métissage ébouriffant de Grimm, de Bukowski et de la tragédie grecque. Malédictions familiales, héros déchus, êtres condamnés par avance s'y télescopent en de violentes catharsis.

Une "tradition" que le cinéaste canadien a solidement contribué à établir, et dont il livre avec "Maps to the stars" une brillante démonstration, incorrecte et jubilatoire jusqu'à la dernière seconde.

• Maps to the stars : une leçon de ténèbres

D'une fluidité parfaite, sans un seul instant de trop, parcourue de sombres fulgurances et portée par une direction d'acteurs au cordeau, "Maps to the stars" s'offre pourtant le luxe de savoureux "private jokes". Cronenberg y cite dans un même élan ses inspirateurs et ses héritiers. Ceux dont l'œuvre n'aurait pu accéder à la lumière du jour si le réalisateur n'avait, depuis quelques décennies, joué les défricheurs acharnés avec ses dérangeants et déstabilisants opus.

Que ses personnages ayant perdu toute valeur morale ou éthique, déconnectés du sens de la réalité semblent sortis tout droit d'un roman de Bret Easton Ellis ne doit probablement rien au hasard. Pas davantage que de convoquer John Cusack, l'acteur des "Arnaqueurs" (inspiré du roman de Jim Thompson, maître du roman noir s'il en est) et, Mia Wasikowska vue récemment dans "Stoker" de Park Chan Wook.

• Maps to the stars : une leçon de ténèbres

Un peu comme si le maestro du noir venait donner une leçon de ténèbres à ses enfants illégitimes. Car le créateur de "American Psycho" comme le metteur en scène de "Old Boy" ont, qu'elle soit assumée ou non, consciente ou non, une dette envers le créateur de "Chromosome 3", de "Faux semblants" et de "Dead Zone".

Il serait simpliste de réduire "Maps to the stars" à une charge contre Hollywood Babylone, et de pleurer la transformation d'un cinéaste subversif en nouveau père la morale. Un pas que certains critiques n'ont guère hésité à franchir. La mecque du septième art est avant tout le lieu à partir duquel peuvent prendre corps toutes les métaphores cronenbergiennes. 

Quel endroit mieux que le terreau de toutes les illusions et le tombeau des rêves brisés serait plus apte à incarner notre perte de la notion même de réalité ? La désincarnation des sens et de la sensibilité ? Un espace où l'on s'habitue tant à truquer les émotions qu'on peine à reconnaître quelles sont nos sensations réelles.

• Maps to the stars : une leçon de ténèbres
• Maps to the stars : une leçon de ténèbres

Une partition sans fausse note, portée par des interprètes dont Cronenberg a su extraire la substantifique moëlle. Julianne Moore, que l'on a rarement vue aussi investie, aussi habitée par son personnage. Exposée, vulnérable, terrifiante, renversante d'un bout à l'autre.

Mia Wasikowska, aussi scotchante, voire davantage que dans "Stoker". Elle est la briseuse de miroirs, l'arracheuse de masques qui révèle chacun à sa vraie nature. Elle évoque tout à la fois la douceur et le danger ; inspire la peur et la compassion.

• Maps to the stars : une leçon de ténèbres

Ex-enfant star et pré-ado odieux, le personnage incarné par Evan Bird arrive aussi à nous toucher quand il se révèle nu et écorché, perdu sans le moindre point de repère. Le jeune acteur se montre tout à fait exceptionnel dans ce rôle.

Sans être déshonorante, loin s'en faut, la prestation de Robert Pattinson pâtit quelque peu de la présence de tels monstres de cinéma.

Cru, choquant, déstabilisant "Map to the stars" est un Cronenberg grande cuvée, un miroir noir qui capte avec panache les replis les plus tortueux de nos modernes errances.

Pascal Perrot, texte
Gracia-Bejjani Perrot, graphisme

 

Publié dans sur grand écran

Commenter cet article